Cette beauté qui s’en va, BD de M. Berthod

Par · juin 1, 2014

Résumé : retour aux sources et nostalgie de ce qui s’en va
Les + : couleurs et dessins très jolis, cri de colère contre l’urbanisme moderne
Les - : trop nostalgique et pessimiste
Si c’était à refaire : oui

cette_beaute_qui_sen_va_berthod_170Résumé

L’auteur décrit ses retours au pays natal, dans un village montagnard suisse.

Il y retrouve par hasard une ancienne amante, perdue de vue 15 ans plus tôt et atteinte d’une tumeur au cerveau.

Un beau recueil sur l’impermanence des choses (l’amitié, l’amour, les paysages urbains…) et sur le temps qui engloutit tout.

 

Avis

Autant prévenir : ce deuxième album de Matthieu Berthod (son premier, L’homme perdu dans le brouillard, écrit avec CF Ramuz et publié en 2011) est plombant. Il y est beaucoup question de la mort, et la mélancolie, qui domine ses pages, peut s’avérer pénible à la longue.

L’album pêche et réussit donc à la fois par sa nostalgie. Cette dernière est juste et belle quand l’auteur raconte ses retours au pays natal (qui n’a pas vécu ces retours en train, le regard songeur derrière la vitre ?), mais elle peut irriter quand le pessimisme déteint sur tout.

Néanmoins, comment ne pas saluer la sincérité du propos ? Dans un monde moderne à l’optimisme surjoué, l’auteur ose la colère face à un urbanisme défigurant et anarchique. A chacun de ses retours, le bâti a poussé, avec laideur et sans souci de cohérence.

M. Berthod n’hésite pas non plus à affronter la question du deuil, notamment avec la mort qui rôde autour de son ex-amante. Il soigne le dessin de la rebelle Macha et décrit avec subtilité et pudeur leur relation ambigüe mais très belle. Sous la franche camaraderie et l’illusion que tout continuera comme avant, s’entendent les non-dits : cette tumeur qui la tuera peut-être, ou encore l’incompréhension des raisons pour lesquelles ils se sont séparés d’un coup, sans jamais donner de nouvelles. En ressort une ambiance fin du monde, triste mais poétique.

Un album à découvrir donc, notamment pour la beauté des dessins, et son portrait juste d’une génération qui doute et peine à s’engager, mais à ne pas ouvrir un soir d’hiver pluvieux…

cette_beaute_qui_sen_va_berthod_planche
Cette beauté qui s’en va, de M. Berthod
Ed. Les impressions nouvelles, coll. Traverses
17 x 24 cm / 128 pages
ISBN 978-2-87449-205-1
Mai 2014, 18 euros
Voir le site de l’éditeur

Voir le blog de l’auteur avec son actualité et ses dessins

Ajouter un commentaire