Esprit d’hiver, de Laura Kasischke

Par · janvier 2, 2014

Résumé : un thriller diablement intelligent et efficace
Les + : sensations fortes, relations mère-fille bien traitées, construction habile
Les – : nerfs sensibles s’abstenir, personnages parfois caricaturaux, chute étourdissante, mais un peu décevante
Si c’était à refaire : oui !! (lecture hautement addictive)

Résumé :

C’est le jour de Noël. Holly et sa fille adoptive de 15 ans, Tatiana, attendent les invités.

Le cérémonial est parfaitement orchestré, pourtant tout va de travers.

Le comportement de Tatiana est inhabituel. Elle est de plus en plus hermétique et provocatrice.

Holly, de son côté, s’est réveillée avec un pressentiment étrange : « quelque chose les a suivi depuis la Russie », le pays natal de Tatiana.

Avis

Un livre d’épouvante habile

Tous les codes du livre d’épouvante sont là. La tension et la suspicion entre la mère et la fille croissent jusqu’à devenir insoutenables et une tempête de neige les contraint au huis clos.

Tout au long du livre plane une menace inconnue, de plus en plus angoissante à mesure que les personnages développent des comportements étranges. L’issue dramatique semble inéluctable.

Difficile de ne pas sauter les lignes tant le suspens est à son comble. Préparez vos méninges, ça risque de chauffer dans la marmite ! Si l’auteur donne des infos pour reconstituer le puzzle, elle le fait au compte-goutte. Le match entre les deux femmes est serré et le cœur du lecteur balance à chaque page entre l’une et l’autre. Laquelle des deux est vraiment fragile, laquelle manipule l’autre ? Laquelle est folle, laquelle est diabolique ? Il faudra attendre la fin pour tout comprendre.

Les relations mères-filles bien analysées

Esprit d’hiver se révèle un thriller très efficace et oppressant. Mais pas seulement : la psychologie des personnages est aussi plutôt bien traitée.

Le lien qui unit Holly et Tatiana est tissé d’amour et d’exaspération, de paroles tendres et de mesquineries voire de cruauté. Les dialogues sont à couteaux tirés et derrière chaque phrase se cache un sous-entendu lourd de sens. Aucun mot n’est anodin.

Holly jongle entre l’humour, les excuses pitoyables, et ce qu’il lui reste d’autorité face à son adolescente en crise. Tatiana tantôt maugrée et explose, tantôt louvoie avec patience.

De la même façon, l’adolescence y est bien abordée, avec son sentiment d’incompréhension, sa solitude, son impatience et sa rébellion.

Des personnages caricaturaux qui mettent les nerfs à vif

On pourrait juste regretter le trait un peu trop forcé des personnages, qui contribue néanmoins à accentuer l’effroi.

Tatiana est une adolescente particulièrement irritante. Elle erre comme un fantôme dans la maison, apparaît soudainement dans le dos de sa mère, la méprise ouvertement, et s’enferme dans sa chambre de longues heures. Certes, elle est adolescente, mais son côté « enfant gâtée » la rend d’autant plus pénible.

Sa mère, Holly, est beaucoup trop conciliante. Coupable de quelque chose de mystérieux, elle est soumise et se laisse traiter comme un paillaison. Ses ruminations et sa fragilité énervent. Comme sa façon de positiver quand tout va mal.

Si le but de l’auteur était de mettre encore plus les nerfs à vif, c’est réussi. Même le quotidien est habilement parsemé de touches d’horreur. Holly, avide d’hémoglobine, ne nettoie pas le sang du rôti qui coule par terre, Tatiana est livide et sent une odeur inhabituelle ce matin-là…

Esprit d’hiver est un thriller intelligent qui fournit sa dose de sensations fortes, sans pour autant négliger la psychologie des personnages. C’est un livre écrit par une femme, qui a l’avantage de mettre en scène des femmes (ce qui change du flic dépressif et alcoolique). Enfin son écriture est précise.

A prendre comme une excellente distraction, qu’on n’est pas près d’oublier. Attention cependant : lecture particulièrement anxiogène !

Esprit d’hiver, de Laura Kasischke
Paru aux éditions Christian Bourgois le 22/08/2013
294 pages, 20€
ISBN : 978-2-267-02522-4
Voir le site de l’éditeur

 

 

 

Ajouter un commentaire