Home, de Toni Morrison

Par · janvier 22, 2013

Résumé : l’errance et la réhabilitation d’un frère et de sa sœur noirs dans l’Amérique des années 50
Les + : court mais fort, réel, nécessaire, des mots qui viennent du cœur, écriture ciselée
Les – : aucun
Si c’était à refaire : sans hésiter

Résumé

Franck Money, noir américain élevé dans la misère par une grand-mère haineuse, revient traumatisé de guerre de Corée.

Pour lui l’errance commence, entre un couple dans lequel il ne parvient pas à s’investir, et la route au secours de sa sœur agonisante.

Violence, ségrégation et humiliations jalonnent son parcours. Il doit aussi composer avec les traumatismes de la guerre et les fantômes de son enfance.

Avis

Home est une histoire qui reste en tête, avec la puissance d’une fable. Un frère sauve sa sœur (ou bien est-ce l’inverse?), et ces deux personnages meurtris partent à la conquête d’une maison où panser leurs blessures. Le voyage s’apparente à une quête de soi et d’une individualité jusque-là niée. L’enjeu : trouver un endroit où ils seront libres, tranquilles et où leur dignité sera préservée.

Le récit est beau et épuré comme un diamant. Pas un mot de trop. Concision et simplicité. C’est ce qui lui donne sa force. L’économie de mots rend la lecture fluide et calme. Mais elle confère aussi plus de poids à chaque parole, souvent tranchante et crue.

La violence de l’époque y est d’autant plus palpable. Pas question pour l’auteur de transiger sur la vérité, même si elle le fait sans ostentation. Elle montre l’indigne tel qu’il a été et l’horreur que les noirs ont subie.

Passages à tabac, expérimentations médicales, injustices, ségrégation, misère, travaux serviles et ingrats étaient monnaie courante dans les années 50. Une piqûre de rappel essentielle quand on en retient surtout les 30 glorieuses. La colère de l’auteur sourd entre les lignes. Ce qui en fait un réquisitoire d’autant plus féroce pour le droit à la liberté et à la dignité de tous.

La narration est subtilement menée, entre flash-backs rapides et présent plus lent. L’histoire des personnages et les liens fraternels qui les unissent prennent forme au fur et à mesure de la lecture. Leur présence est accrue par un procédé intéressant : les personnages s’emparent parfois de la plume pour corriger les erreurs de l’auteur. Ils emploient unt argot et un langage oral qui animent le récit et créent une intimité avec le lecteur. Home est une histoire qui se vit, plutôt que de se lire, elle est bien la créature d’un grand écrivain.

L’oeuvre s’achève sur de vieilles femmes afro-américaines auxquelles on ne la fait pas et âpres défenseurs de l’indépendance (notamment des femmes) et de la liberté. Ce dernier souffle de spiritualité et ces sages paroles sont à confier à toutes les oreilles.

Home, de Toni MORRISON
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Christine Laferrière
ISBN : 978-2-267-02383-1
154 pages, 17€
Parution en 2012 chez Christian Bourgois
Voir le site de l’éditeur 

 

Ajouter un commentaire