La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett

Par · juin 3, 2013

Résumé : la vie des bonnes noires dans l’Amérique ségrégationniste des années 50
Les + : plaisant, prenant, vivant, écriture simple, atmosphère à la Desperate housewives, fédérateur
Les – : aucune mise en perspective avec le racisme actuel
Si c’était à refaire : oui !

La couleur des sentiments de Kathryn Stockett Résumé

Miss Skeeter, jeune femme blanche, rentre chez ses parents à la plantation de cotons, après ses études de journalisme.

Elle y retrouve ses amies, devenues femmes au foyer. Leur vie est rythmée par les bonnes œuvres, l’oisiveté et les mondanités.

L’étroitesse d’esprit, l’hypocrisie et la vacuité de leur vie lassent peu à peu la jeune femme. Elle recherche plutôt travail et indépendance. Pour se lancer, il lui faut un sujet. Un thème brûlant et risqué va vite se présenter…

Avis

Une amitié qui défie les lois ségrégationnistes, une histoire d’amour, de l’émotion, du suspens, du danger, et au bout du chemin, la revanche des opprimés : La couleur des sentiments comporte tous les ingrédients du roman à succès.

En prime, l’auteur épingle la bêtise de la bourgeoisie blanche et raciste de l’époque. Elle gratte le vernis des apparences et exhibe le pathétique de leur existence. C’est savoureux, on nage en plein Desperate Housewives. De quoi faire le bonheur d’une grande majorité des lectrices.

Un plaisir qui dure 500 pages. On se love dans ce livre comme dans un bon canapé, et on aimerait ne jamais le voir se terminer. L’écriture est d’une simplicité enfantine, voire parfois familière, mais la sincérité et la beauté du message aident à oublier les écarts.

Les personnages, hauts en couleur, sont pour beaucoup dans la réussite de ce roman initiatique. L’attachante Miss Skeeter voit ses douces illusions tomber une à une. D’abord naïve et maladroite, mais toujours de bonne volonté, elle mûrit et trouve sa voie.

Les bonnes, entre la douce Aibileen et Minni la rebelle, refusent la soumission en témoignant sur leur quotidien. Au fil des pages, le lecteur découvre les humiliations, les inégalités et les difficultés que subissent les servantes et nounous noires.

L’auteure, dont c’est le premier livre, offre ici un beau plaidoyer pour l’amour par-delà les différences et les règles établies.

La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett
Editions Babel, novembre 2012
624 p., 9,70€
ISBN 978-2-330-01307-3
Voir le site de l’éditeur

Ajouter un commentaire