La vie sans fards, de Maryse Condé

Par · décembre 20, 2012

Résumé : la vie rocambolesque de l’écrivaine et sa portée universelle
Les + : une femme aimable et battante, agréable à lire, enrichissant
Les – : manque de références pour les lecteurs qui connaissent mal l’Histoire de l’Afrique
Si c’était à refaire : oui !

La vie sans fards, un livre de Maryse Condé (170)

Résumé

Lasse de lire des biographies avantageuses et enrobant la vérité, Maryse Condé, auteure Guadeloupéenne, entreprend de livrer sa vie telle qu’elle s’est vraiment passée.

Sans se montrer forcément à son avantage, elle décrit aussi bien les réussites que les égarements, les coups de tête, les doutes et un engagement politique tardif.

Son destin, lié à l’Afrique et aux rencontres plus ou moins heureuses, tend vers l’universalité.

 

Avis

Un récit vrai et prenant

Si cette autobiographie vous appâte, succombez, même si vous ne connaissez pas encore l’auteur (c’était mon cas).

Le titre annonce d’emblée le courage et l’honnêteté qui guident le projet. Maryse Condé y relate son destin sans l’embellir et en espérant qu’il trouvera un écho en chacun. L’objectif est atteint. Mieux, il n’en est que plus passionnant et on se laisse vite attraper.

Quelle femme ne se rencontrera pas dans les plis de son récit ?

Un destin hors du commun

Née à Pointe-à-Pitre d’une famille bourgeoise, déconnectée de sa culture et élevée avec un certain sentiment de supériorité, Maryse va être irrémédiablement attirée par ses racines et le continent africain. Promise à une belle carrière, ses parents l’envoient à Paris. Là, elle tombe enceinte et rien ne se passe comme prévu.

Commence sa vie rocambolesque, entre périodes fastes et misère, et entre départs précipités et exils dans différents états africains (la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Sénégal, puis le Ghana).

Ses passions amoureuses, sa vie de mère (elle a 4 enfants de 3 pères différents), sa façon de se rapprocher des personnes influentes, mais aussi sa formation intellectuelle : tout y est décrit objectivement, sans masque ni tabou.

On y découvre aussi son désir lancinant de comprendre l’Afrique et son indignation face aux inégalités. Le livre s’achève presque après sa découverte de l’écriture et des médias : le signe d’une sérénité enfin trouvée ?

Le courage de la liberté

Son caractère, parfois égoïste et opportuniste, ainsi que ses coups de tête, exaspéreront quelques lecteurs, mais ils pourront être pardonnés par les amateurs de liberté. D’ailleurs le but n’est pas ici de juger.

Maryse Condé se dévoile comme une femme qui oscille entre ses devoirs, la soumission ou la résignation, et l’élan de liberté, plus fort que tout, qui la conduit à ne jamais s’oublier trop longtemps.

Tentant de faire le compromis entre ses maternités et sa réalisation personnelle, elle est passionnée, battante et courageuse (même si certains y verront de l’inconscience). Un beau portrait de femme je vous le disais !

Pour ses lecteurs, le livre est un éclairage sur l’origine de ses histoires. Toutes sont nées de ses pérégrinations et de ses rencontres. A lire donc par tous les publics !


La vie sans fards
, de Maryse Condé

Editions JC Lattès, paru en août 2012
Code EAN/ISBN : 9782709636858
19.00 €, 334 pages
Voir le site de l’éditeur

Ajouter un commentaire