L’arabe du futur, BD de Riad Sattouf

Par · juin 16, 2014

Résumé : l’enfance de l’auteur entre Libye, Syrie et Bretagne
Les + : touchant, réaliste, la Libye et la Syrie sous un angle nouveau, très réussi
Les – : aucun
Si c’était à refaire : oui !!

larabe_du_futur_riad_sattouf_170

Résumé

L’auteur revient sur les six premières années de son existence. Fils d’une Bretonne et d’un Syrien, Riad a grandi entre la Libye et la Syrie, dans un village près de Homs, aux côtés de la famille de son père.

Chacun de ses séjours était ponctué de retours en Bretagne. Des vacances bénies pour le petit Riad. Ses longs cheveux blonds et sa différence lui ont en effet coûté cher au Proche-Orient. S’il ravissait les femmes, il déclenchait les violences de ses cousins, qui le prenaient pour un Juif, l’ennemi consacré.

larabe_du_futur_planche2_riad250

Ce tome est le premier d’une série de trois. La saga devrait se terminer avec l’entrée de sa famille en France (que Riad a favorisée pendant les troubles en Syrie).

Avis

Dans ce nouvel album, pas d’humour ravageur, comme dans Retour au collège par exemple, mais le même regard faussement naïf, qui dénonce l’air de rien. Riad Sattouf, 35 ans, s’attaque cette fois à son autobiographie, et l’entreprise semble plus sérieuse.

0015_090514-MAG-PAR.pdfOn y découvre l’enfant qu’il a été, et à travers son regard inquiet et étonné, le monde qui l’entoure.

L’insouciance est souvent de courte durée, vite balayée par la dureté des conditions de vie en Libye et en Syrie. Femmes soumises, rationnements, pauvreté, et sur ce terreau, l’antisémitisme et la violence des enfants encouragés par les parents : cet album oscille entre humour et malaise. Il fait sourire autant qu’il dérange.

Riad en profite pour tuer symboliquement et définitivement son père. Pétri de contradictions, Abou Riad (le père de Riad) est tiraillé entre deux cultures. Issu d’une famille pauvre syrienne, il a bénéficié d’une bourse pour étudier à la Sorbonne et en est ressorti avec un doctorat d’histoire.

Professeur en Libye puis en Syrie, il boit les paroles de propagande de Kadhafi autant qu’il croit au panarabisme et à l’éveil à la modernité du monde arabe. En permanence entre deux chaises culturelles et entre douceur et exigence, le comportement de son père déstabilise et inquiète l’enfant.
larabe_du_futur_planche3_kadhafi

 

Si Riad Sattouf montre les contradictions de son paternel et sa propre perplexité, il ne le juge pas pour autant. C’est même avec plutôt avec compassion et clémence qu’il le décrit. Un signe de paix retrouvée ?

On attend avec impatience le prochain album pour savoir si le petit Riad retournera en Syrie…

 

L’arabe du futur, une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984), de Riad Sattouf
Paru aux éditions Allary le 15 mai 2014
160 pages couleur,170 X 240 mm, 20,90€
EAN : 978-2370730145
Voir le site de l’éditeur

riad-sattoufRiad Sattouf s’est d’abord fait connaître comme auteur de BD. On lui doit entre autres Pascal Brutal (mais est-ce un cadeau?!), l’un des meilleurs fous rire devant une BD avec Retour au collège, paru en 2005, et les trois albums caustiques La vie secrète des jeunes (des brèves de métros et de bars parisiens).

Il est également le scénariste et réalisateur du film populaire Les beaux gosses et du moins populaire Jacky au royaume des filles, sorti en 2014.

En cherchant bien, vous le verrez aussi apparaître à l’écran. Il faut croire qu’il choisit bien ses films puisqu’il joue dans Gainsbourg, vie héroïque, Camille redouble, ou encore le très beau La guerre est déclarée, de Valérie Donzelli.

D’après Wikipedia, je cite : « depuis 2002, il partage un atelier parisien avec les dessinateurs Christophe Blain, Mathieu Sapin et Joann Sfar ». Il y a des bureaux dans lesquels on aimerait bien travailler…

 

Ajouter un commentaire