Les milles et une gaffes de l’ange gardien Ariel Auvinen, d’Arto Paasilinna

Par · mai 28, 2014

Résumé : en voulant le protéger, un ange maladroit sème le chaos dans la vie tranquille d’Araro
Les + : une fable fantasque, humoristique, détendue, légère et insouciante
Les – : manque l’aspect sociologique, grinçant et absurde de ses précédents livres
Si c’était à refaire : oui

paasilinna_lange_ariel_auvinen_170

Résumé 

Aaro Korhonen, quarantenaire serein et bien décidé à profiter de sa retraite anticipée, écope de la protection d’un ange. Et de pas n’importe lequel : Ariel, octogénaire fraîchement décédé, et surtout très maladroit.

En s’immisçant  dans la vie de son protégé et en voulant bien faire, l’ange enchaîne au contraire les catastrophes. Pour Aaro commence une vie semée d’embûches… peu naturelles.

Avis

Un nouveau livre traduit de l’octogénaire Paasilinna (paru en 2004 en Finlande) ? Comment bouder ce plaisir ?

On y retrouve les mêmes recettes que dans ses précédents ouvrages : un héros apte au bonheur, qui jouit de la vie comme elle vient, et qui va être embarqué dans des aventures, confronté pour le meilleur et pour le pire à ses semblables.

Pour le lecteur, c’est la garantie de se détendre et d’aborder la vie et les épreuves avec plus de légèreté et d’insouciance.

A. Paasilinna a le don de dédramatiser les catastrophes. Aarto, comme tous ses héros, réussit avec bonhommie ce qu’il entreprend, en ne s’attardant pas sur les obstacles et en les contournant avec agilité. Une vraie leçon de bonheur ou comment atteindre ses buts tout en lâchant prise. Dans une société du contrôle, c’est une respiration non négligeable que nous offre l’auteur.

Seulement voilà : si le livre est une très charmante distraction, qui à ce titre vaut la peine d’être lu, il peine à s’élever au-delà.

Jusque-là, l’auteur s’illustrait en effet également par son humour gentiment grinçant. Chaque livre était l’occasion de se moquer des travers de ses contemporains, et de pointer la jalousie, l’étroitesse d’esprit ou encore la bêtise qui les animent.

Dans cet opus, les personnages ne sont pas vraiment tordus. A peine voit-on des femmes (les deux prétendantes du héros) frôlant l’hystérie. Encore ces préjugés sexistes qui collent à la tranche des livres de l’auteur. L’une est institutrice, l’autre affectée au ménage et au service et elle se bat pour un homme de 15 ans plus âgé. Monsieur Paasilinna est de l’ancienne école, soit !

Quant aux autres personnages, ils sont assez lisses et sans travers majeur. Avec un ange comme deuxième protagoniste, on s’éloigne de la satire sociale qui avait contribué au succès de ses précédents livres. Les créatures divines, si elles ont un bel humour noir, sont moins corrompues que les hommes ici-bas. Ca fait donc un peu de plaisir en moins. Mais pas suffisamment pour négliger une histoire joyeusement déjantée et insouciante, surtout si l’on est fan de l’auteur finlandais.

Arto_Paasilinna

Le prolifique Arto Paasilinna

Les milles et une gaffes de l’ange Ariel Auvinen, de Arto Paasilinna
Paru en France aux Ed. Denoël le 17 avril 2014
224 p., 20,50 euros
ISBN : 9782207115688
Voir le site de l’éditeur

 

 

Ajouter un commentaire